30 000 dollars aux enchères pour les montres de Steve Jobs

Culture Commentaires fermés sur 30 000 dollars aux enchères pour les montres de Steve Jobs
sept 242016

De son vivant, Steve Jobs était une légende. Depuis sa mort, plus encore. Deux biopics hollywoodiens se sont déjà penchés sur sa vie, mélange de génie et de facettes plus sombres. Steve Jobs n’était qu’un homme, après tout. Ni gourou ni messie, mais un visionnaire, un as du marketing et un amoureux de design.

Des montres au jean de Steve Jobs

Souvenirs cultes ou passion à la limite du glauque et du ridicule, c’est cette fois le look de Steve Jobs qui était présenté aux fans du fondateur d’Apple. Parmi les lots en vente figuraient, outre son peignoir et son rasoir électrique, deux de ses montres, ce qui est assez étonnant puisque Steve Jobs, qui n’est pas à l’origine du projet de l’Apple Watch, n’était certainement pas un amateur de belles montres. D’ailleurs, rares sont les photos où on peut le voir en porter une, hormis les plus anciennes, des années 70 et 80. La plus célèbre, une Seiko portée sur un cliché de Norman Seeff devenu mythique paru en une de Time Magazine s’était envolée aux enchères à 38 000 euros (42 500 dollars), accompagnée d’un certificat d’authenticité. De quoi en faire la montre à quartz la plus chère du monde…

Apparemment, la personne qui avait déjà dispersé des effets personnels de l’homme à la Pomme n’avait pas tout vendu. Et parmi les quelques lots encore proposés aux enchères en ligne figurent deux autres montres n’apparaissant sur aucune photo du cofondateur d’Apple : une Seiko noire, encore, finalement adjugée à 12 800 dollars, et une montre suisse, une Baume & Mercier en or, adjugée à 18 750 dollars. Son blouson en cuir s’est vendu à 22 400 dollars tandis que son jean a été acheté 3 125 dollars par Levi Strauss & Co.

Lors de cette même vente en ligne, des mèches de cheveux de Marilyn Monroe se sont envolées à 70 000 dollars… et l’urne funéraire de Truman Capote à 43 750 dollars ! En matière de passion, tout est possible, même le pire !

Maman, j’ai agrandi la voiture !

Culture Commentaires fermés sur Maman, j’ai agrandi la voiture !
sept 232016

Michael Bay avait vu juste ! Le réalisateur de la quadrilogie Transformers avait, en effet, imaginé des voitures ou camions se transformant en géants du futur. La start-up turque Letrons et la société Letvision l’ont réalisé pour de bon. En partant d’une BMW, les 12 ingénieurs et 4 techniciens ont produit un monstre mécanique digne du blockbuster americain. Pour réaliser cette oeuvre surnommé Antimon, il a fallu huit mois de travail aux ingénieurs de Letrons. « L’idée est venue lors d’une réunion avec des partenaires. Nous avons discuté et réfléchi sur un projet unique et futuriste », racontent-ils sur leur site internet.

Du prototype à l’usage commun ?

Petit détail : pour le moment, ce prototype n’est pilotable que par le biais d’une télécommande : nul conducteur à son bord, donc. Mais, quand on l’observe se transformer en moins de deux minutes, on espère qu’un jour il sera disponible sur le marché automobile. C’est l’objectif des responsables de Letrons : « Seulement si les motivations des acheteurs sont en accord avec notre philosophie de conception. » Entre cabriolet et semi-remorque, le spectre est encore large. Cependant, si le projet suit son cours, l’histoire d’Antimon pourrait se poursuivre sur les réseaux routiers. En revanche, par sûr qu’ils soient déjà capables d’accueillir la bête.

Bienvenue à Saint-Germain-des-Montres

Culture Commentaires fermés sur Bienvenue à Saint-Germain-des-Montres
sept 222016

Ce n’est pas une question de temps, c’est une question de passion. Celle du temps qui passe, des belles montres, des garde-temps taillés pour être transmis de poignet en poignet, de génération en génération.

Du 22 au 24 septembre se tient à Paris, place Saint-Germain-des-Prés, l’édition 2016 du salon Les Montres, qui réunit bon nombre de marques incontournables du grand petit monde horloger. Toujours orchestrée par Arnaud et Jean Lassaussois, propriétaires des boutiques parisiennes Les Montres, cette douzième édition demeure un rendez-vous gratuit et ouvert à tous. Une belle occasion de découverte et de plaisir, pour celles et ceux qui n’oseraient pas franchir le seuil des imposantes boutiques de la place Vendôme… 

Jusqu’au samedi 24 septembre, les amateurs de belles montres pourront donc retrouver, à deux pas des Deux Magots et du Flore, des marques telles que Baume & Mercier, Bell & Ross, Blancpain, Breitling, BRM, Chanel, Hublot, Panerai, Pequignet, TAG Heuer et Zenith, rejointes, cette année, par Omega et Vacheron Constantin. Aux côtés de ces maisons, seront également présents Alainpers – sculpteur du temps – et Utinam – créateur d’horloges contemporaines –, sans oublier Scatola del Tempo – fabricant italien de boîtes à montres. Enfin, un atelier d’horlogerie proposé par Objectif Horlogerie permet de s’initier au montage et au démontage d’un mouvement, tandis qu’un atelier de sellerie, animé par la marque Camille Fournet, présente les différentes étapes nécessaires à la confection d’un bracelet de montre.

Salon Les Montres

4, place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris (Métro : Saint-Germain-des-Près / Parking : Saint-Germain-des-Prés)

Horaires d’ouverture :

Jeudi 22 septembre : 11 heures-19 heures 

Vendredi 23 septembre : 11 heures-19 heures

Samedi 24 septembre : 10 h 30-18 h 30 

Entrée : gratuite

Deauville capitale du poker français

Culture Commentaires fermés sur Deauville capitale du poker français
sept 212016

À partir de jeudi et pendant quatre jours, les amateurs de poker auront les yeux rivés sur la Normandie, et plus particulièrement sur le casino Barrière de Deauville puisque s’y déroule la dernière étape des France Poker Series (FPS). Cette série de tournois bénéficie d’une jolie popularité due à des frais d’inscription relativement abordables – à partir de 100 euros, et 1 100 euros pour le tournoi principal – et à une belle organisation qui a fait ses preuves durant six saisons. Au total, ce sont plus de 1 000 joueurs qui sont attendus dans le somptueux salon des ambassadeurs, avec probablement autour d’un million d’euros redistribués.

Le tournoi principal est filmé et commenté en direct, grâce à un important dispositif, unique au monde, qui permet de passer de table en table et donc de suivre les coups les plus spectaculaires. Le tout est diffusé sur la plupart des sites de poker ainsi que sur la plateforme Twitch. Dimanche, lorsque les joueurs ne seront plus que huit, ils s’installeront à la table finale, où tous les coups seront diffusés et commentés en intégralité. À cet égard, le FPS fait partie des compétitions les plus médiatisées. Le savoir-faire français en la matière a d’ailleurs été dupliqué dans plusieurs pays voisins.

Haut lieu

Et Deauville n’a pas attendu les FPS pour s’attirer les faveurs des joueurs de poker. D’une certaine manière, on peut dire que le poker français est né là. Lorsqu’en 2005 l’European Poker Tour (EPT) décide de s’arrêter en France, c’est le casino Barrière qui est choisi. Cette étape normande s’imposera peu à peu comme l’un des hauts lieux du poker de l’Hexagone. L’EPT s’y arrêtera pendant huit années et sera témoin de l’énorme « boom » du poker en 2009, auquel il apportera sa contribution.

La disparition de Deauville de la grille des programmes de l’EPT ne marque pas pour autant une baisse d’intérêt de Deauville pour le poker : il y a quelques jours était annoncée une série concurrente des FPS, le WPT National, qui y fera étape à partir du 6 décembre.

Piaget Polo S, un pari inattendu

Culture Commentaires fermés sur Piaget Polo S, un pari inattendu
sept 202016

Piaget joue gros. Pour sa nouvelle Polo S, la manufacture délaisse la règle de la maison établie en 1957 : n’utiliser que de l’or et du platine pour ses montres et bijoux, et concevoir des calibres toujours plus plats. Pour conquérir une clientèle plus jeune, plus sportive, sur un segment de prix plus accessible, Philippe Léopold Metzger, son directeur général, a opté pour un garde-temps en acier et un design dépouillé. Déclinée en cinq modèles unisexe, la nouvelle collection entend renouer avec le succès qu’avait remporté sa grande sœur outre-Atlantique. Créée en 1979, la Polo avait connu son heure de gloire à New York en 1985, lorsque l’équipe de polo descendit à cheval la 5e Avenue.


© Prx Prx dr

Deux mouvements

Plutôt qu’une réédition, la manufacture a choisi de repenser la montre pour lui donner davantage de modernité. Au risque de ressembler à ses concurrentes s’il n’y avait pas la « patte » Piaget : le dessin du cadran en forme de coussin lové dans un boîtier rond de 42 millimètres, un fond laissant entrevoir les deux mouvements conçus spécifiquement pour la collection et un bracelet aux maillons méticuleusement assemblés.

Une simple parenthèse dans l’histoire de Piaget ? La marque s’est construite en effet sur l’association de la joaillerie et de mouvements extraplats. Cette expertise, dès les années 60, donne aux créateurs de la maison une grande liberté esthétique. Piaget sera parmi les premières manufactures à introduire des boîtiers de forme, des pierres dures ou semi-précieuses sur ses cadrans ou à marier l’émaillage, la peinture miniature, le guillochage… Des œuvres magnifiées par la production de ses propres bracelets en or, devenus sa signature stylistique et une référence dans le monde horloger. Comme l’illustre encore cette année la Limelight Gala. La montre a été équipée pour la première fois d’un bracelet en maille milanaise. De là à la joaillerie, il n’y a qu’un pas que la maison franchit allègrement avec la sortie de pièces uniques ou de séries limitées, qu’elles aient pour nom Possession, Extremely ou Rose Passion. Au fil des années, la manufacture édifie à Plan-les-Ouates l’un des plus grands ateliers de haute joaillerie de la place de Genève.


La Polo, la première montre en acier développée par Piaget : la Limelight Gala habillée d’un bracelet en maille milanaise; et l’Altiplano, la montre mécanique la plus plate au monde.  © DR

Le maître de l’extraplat

Mais le groupe n’en délaisse pas pour autant son métier premier, l’horlogerie. A la manufacture de La Côte-aux-Fées, là où Georges-Edouard Piaget conçut dès 1874 ses premiers mouvements, le groupe mettra au point dès 1957 un calibre manuel n’affichant que 2 millimètres d’épaisseur, puis en 1960 un calibre automatique de 2,3 millimètres et, plus récemment, le tourbillon et la répétition minutes les plus plats au monde. Enchaînant les records, le maître de l’extraplat a ainsi conçu plus de 25 calibres, dont certains ne nécessiteront pas moins de 250 heures de travail uniquement pour la décoration.

Open de France de polo : un deuxième titre au parfum argentin

Culture Commentaires fermés sur Open de France de polo : un deuxième titre au parfum argentin
sept 192016

C’est sous un ciel chargé et capricieux, et parfois entre les averses, que l’équipe du Suisse Tommy Rinderknecht, Marquard Media, menée par l’Argentin Martin Aguerre Jr., a remporté son deuxième titre consécutif dans l’Open de France Paprec de polo. Devant les nombreux invités présents au Polo Club de Chantilly, accueillis par une allée de bolides de luxe et d’artisans liés à l’univers du polo, les matches se sont enchaînés du matin jusqu’au soir. Pour cette vingtième édition, l’horloger de l’extrême Richard Mille était resté fidèle à son rôle de partenaire et de chronométreur.

Après avoir admiré les plus jeunes pratiquer le polo à dos de poney, place à l’Open de France féminin. Il a été remporté cette année par les Anglaises d’Huntington, menées par la brillante Tamara Fox, face aux Françaises de Maryland, malgré le gros travail de Caroline Anier (4 à 2). La Coupe Castel qui opposait deux équipes allemandes a quant à elle vu la victoire de Las Hermanitas des jolies sœurs Schröder épaulées par les solides Santo Anca et Ignacio Tejerina (8-7).

Quatre goals en 7 minutes

Du côté des hommes, l’équipe française Mochi Chic Polo Team avait dominé tous ses matches en phase qualificative. Face à l’équipe tenante du titre, Marquard Media, les hommes d’Alexandre Sztarkman avaient bien pris l’avantage en début de rencontre. Mais ils n’auront résisté que durant deux chukkers, avant de céder face à la détermination de Martin Aguerre Jr. : « L’Open de France est l’un de mes principaux objectifs de la saison, je dirais même mon principal objectif », a confié le neveu de Mariano Aguerre, une des légendes de ce sport, huit fois champion d’Argentine avec trois équipes différentes. D’ailleurs, Martin travaille avec son oncle, valorisant les chevaux de son élevage… et en en important en France quelques-uns à l’occasion. Ce sont eux qui ont fait la différence dimanche à Apremont-Chantilly. En troisième période, Martin Aguerre s’est livré à un véritable festival, inscrivant quatre goals en 7 minutes, dont un « longue distance » et une pénalité de 40 yards. En quatrième période, le handicap 5 français, Pierre-Henri Ngoumou, auteur de trois goals sur pénalités, avait réussi à ramener les deux équipes à égalité (7/7), avant que Martin Joaquin ne redonne l’avantage à Marquard Media en fin de chukker (8/7).

En dernière période, Martin Aguerre, encore lui, allait boucler l’affaire en faisant une longue passe décisive à son capitaine qui a juste eu besoin de pousser la balle entre les goals, avant d’inscrire lui-même le dixième et ultime goal de son équipe. Avec 7 goals et une passe décisive, l’Argentin était nommé meilleur homme du match tandis c’est l’une de ses juments, Machito Garganta (8 ans), élevée par son oncle, qui a été sacrée meilleur cheval du match.

Une belle journée pour le jeune Argentin, qui s’envolera mardi pour son pays afin d’y préparer, avec Mariano, la Copa Camara, un des tournois majeurs là-bas, où il retrouvera notamment le numéro un français, Brieuc Rigaux, qui participera pour la première fois à ce tournoi prestigieux et sera le deuxième Français de l’histoire à y participer !

16e Open de France Paprec Richard Mille

Marquard Media : Tommy Rinderknecht (h0, 1 goal), Jota Chavanne (h5, 1 goal), Martin Aguerre Jr. (h7, 7 goals, dont 2 pénalités) et Martin Joaquin (h4, 1 goal)

Mochi Chic : Nacho Kennedy (h3, 1 goal), Pierre-Henri Ngoumou (h5, 4 goals de pénalité), Dario Musso (h7, 2 goals) et Alexandre Sztarkman (h1).

Golf – Le virage digital de l’Évian Championship

Culture Commentaires fermés sur Golf – Le virage digital de l’Évian Championship
sept 182016

Un tournoi connecté, de l’interaction entre les joueuses et leurs fans, et une omniprésence des réseaux sociaux : cet Évian Championship s’inscrit dans la lignée de ces événements d’envergure, soucieux de s’appuyer sur les nouveaux outils de communication pour drainer du public et étendre leur visibilité.

Aujourd’hui, impossible de passer à côté. L’organisation propose une application dédiée au tournoi, développée avec IBM, l’un de ses partenaires historiques. La data visualisation propose une foule de statistiques mises à jour en temps réel, notamment sur les joueuses et les parcours. Quant à l’onglet vidéos, il est immersif avec des caméras à 360°, des ralentis en slowmotion et des interviews parfois décalées. Sur place, des stands d’animations (lunettes de réalité virtuelle, création de GIF animés) s’inscrivent aussi dans cette soif de numérique.

Rendre les joueuses encore plus accessibles

Organisateurs, acteurs et fans utilisent les réseaux sociaux comme une gigantesque plateforme d’échange et de communication. Un constat sur lequel l’Évian Championship s’appuie pour tenter à la fois de soigner sa propre communication, mais aussi pour rendre les joueuses plus accessibles à leur public.

#EvianChamp Discover @LydiaKo‘s routine before tee off #LiveYoung#PlayYoungpic.twitter.com/Xa7FCTvUrZ

— evian (@evianwater) 15 septembre 2016

« Au-delà du fait que ces outils numériques sont aujourd’hui indispensables pour communiquer, le digital nous permet de développer une relation avec les joueuses qu’on n’avait pas avant », explique Steve Brangeon, directeur de l’Évian Championship. « Elles servent la communication du tournoi. Elles en parlent, nous n’avons qu’à les pousser, à leur fournir du contenu qui va les intéresser et qu’elles vont apprécier pour qu’elles le relaient plus facilement. »

With Baby @LydiaKo, the #LiveYoung Spirit is blowing into the #EvianChamppic.twitter.com/94Y9gfdCr6

— evian (@evianwater) 15 septembre 2016

La démarche est logique. La génération qui truste actuellement le haut du panier sur le circuit féminin a, en moyenne, une vingtaine d’années. Une aubaine pour miser sur un essor du numérique. « Dans un cadre comme celui d’Évian, elles prendront elles-mêmes certaines initiatives comme prendre des photos, les diffuser », détaille Benjamin Tur, responsable de la communication du tournoi. « En ce qui concerne les interviews, on peut en profiter pour aborder des sujets plus personnels avec des questions qui sortent un peu du cadre défini du sport. »

Casser les clichés

Entre promotion et interaction, les bénéfices en jeu sont nombreux. Et pour une discipline qui souffre encore en France de nombreux clichés, le volet numérique devient presque crucial. « Le digital peut contribuer à changer un peu l’image erronée du golf, sur l’âge, sur une certaine absence de modernité, car ces filles-là sont complètement dans l’air du temps, accessibles », poursuit Benjamin Tur. « Elles sont jeunes, elles ont des références très liées à la pop culture, à des sujets qui font l’objet de croisements avec le digital. »

Get to know world #1 @LydiaKo better. @StephenCurry30 or @KingJames ? @JordanSpieth or @MickelsonHat ? Check it out! pic.twitter.com/mqPsyCNV6e

— Evian Championship (@EvianChamp) 13 septembre 2016

« Contrairement au mode de communication classique où on va être très axé sur le sport, là on peut rebondir sur leur vie au quotidien. Et sortir purement de la compétition pour aller sur leurs choix musicaux, leurs goûts, etc. », ajoute Steve Brangeon, selon qui « le public, même décrit comme âgé, est, certes, moins obnubilé par le digital, mais demeure connecté ». Tout le monde serait donc gagnant. Que ce soient les fans, les organisateurs, les joueurs et la discipline elle-même.

Balthazar, le côté obscur des robots

Culture Commentaires fermés sur Balthazar, le côté obscur des robots
sept 162016

Les robots, il y a ceux qui vous aiment et ceux qui comptent bien prendre votre place. Ceux qui aident l’humanité, façon Transformers, et ceux qui veulent l’exterminer, à la Terminator. Attention, Balthazar – c’est le petit nom de ce robot – serait plutôt dans la deuxième catégorie. Comme tout le monde, il possède son côté obscur, mais lui l’affiche plus facilement.

Après quelques folles créations horlogères, entre vaisseau de Star Wars ou de Star Trek et araignée géante, MB&F et la manufacture L’Epée 1839 ont imaginé un nouveau robot horloger, à la fois fidèle aux techniques mécaniques traditionnelles et inquiétant. Avec ses heures sautantes et ses minutes traînantes affichées sur le torse, régulées par un cerveau mécanique visible sous un dôme transparent, ce Balthazar fonctionne non-stop pendant 35 jours. La clé de remontage et de mise à l’heure de ce robot horloge est intégrée à son bouclier. Détail inquiétant ; ses yeux scannent les alentours toutes les 20 secondes.

Un crâne aux yeux rouges

Au-delà de son style, la conception d’une telle créature suppose tout de même 618 composants pour plus de 8 kilos et 40 centimètres de hauteur. À cela s’ajoute aussi une élégante complication horlogère : un indicateur de phases de lune sur deux hémisphères, à ajuster seulement tous les 122 ans. Mais Balthazar recèle encore un secret… Lorsqu’on le fait pivoter de 180 degrés autour des hanches, son visage rassurant devient un crâne terrifiant, aux yeux rouge rubis et aux dents menaçantes.

Mais, au fait, pourquoi Balthazar ? C’était, avec Melchior et Gaspard, l’un des noms des trois mages de la tradition biblique. Toutefois, cette horloge robot a été nommée Balthazar pour une autre raison. Maximilian Büsser l’explique : « Dans ma famille, depuis plus de cinq siècles, car cela remonte aux années 1400, tous les aînés Büsser ont été prénommés Melchior ou Balthazar, en alternance. Mon grand-père a été baptisé Melchior, mais il détestait son prénom. Il se faisait appeler Max, d’où mon prénom. Mon grand-père détestait tant Melchior et Balthazar qu’il a mis un terme à cette tradition vieille de 500 ans… et il a appelé mon père Mario. Sauf que, un siècle plus tard, il se trouve que j’aime les noms Melchior et Balthazar ! » Balthazar est proposé en édition limitée de 50 pièces par couleur d’armure : noire, argent, bleue ou verte.

Crus bourgeois du Médoc, futur classement à l’horizon 2020 !

Culture Commentaires fermés sur Crus bourgeois du Médoc, futur classement à l’horizon 2020 !
sept 142016

Il y a longtemps qu’une assemblée générale de l’alliance des crus bourgeois du Médoc n’avait pas attiré autant de monde. Hier, en assemblée générale extraordinaire, 239 adhérents sur 290 au total ont entériné, à hauteur de 78 % des votes, le principe de la mise en place d’un nouveau cahier des charges. Après approbation des pouvoirs publics, il devrait entrer en vigueur en 2020.

Le grand changement annoncé est l’attribution du classement pour une durée de cinq ans, contre un an aujourd’hui. Le but, permettre aux châteaux d’organiser sereinement communication et politique commerciale. Deuxième réforme de taille, le classement retrouve une hiérarchie à trois niveaux, comprenant les crus bourgeois, les crus bourgeois supérieurs et les crus bourgeois exceptionnels. « Les piliers de notre cahier des charges perdurent – insiste Frédérique de Lamothe, directrice de l’alliance –, avec un plan de vérification très strict mis en œuvre par un organisme habilité, et des contrôles aléatoires au cours des cinq ans. » En vue de l’attribution du classement, chaque château devra présenter à la dégustation des vins des cinq derniers millésimes, qui seront goûtés ensemble afin d’en apprécier la qualité constante et la capacité de vieillissement.

« Ces bons résultats auraient fait plaisir a Frédéric de Luze, lui qui a tant œuvré ces dernières années pour qu’un nouveau classement voie le jour », a déclaré, à l’issue des débats, Olivier Cuvelier, qui a pris la présidence de l’alliance au décès de Frédéric de Luze en juillet dernier.

Consultez notre dossier : Les dossiers vins

Le parfum de la semaine : Unnamed Byredo

Culture Commentaires fermés sur Le parfum de la semaine : Unnamed Byredo
sept 122016

Le propos. Pour fêter ses 10 ans, le parfumeur Byredo, connu pour ses élixirs mixtes et pointus, imagine une fragrance sans nom : Unnamed. Un vrai défi quand on sait que, souvent, le nom présage un sillage.

Ce qu’en dit le parfumeur. « Les noms des fragrances Byredo sont souvent liés aux mots utilisés pour engager un dialogue avec le parfumeur. Les senteurs étant subjectives, ces noms éveillent souvent son imagination mais aussi celle de nos clients. Ils ont déjà une attente avant même de l’avoir senti », détaille Ben Gorham, le fondateur de Byredo, complice du nez Jérôme Epinette.


© Bohman & Sjöstrand Ab © Bohman & Sjöstrand Ab

La fragrance. Des notes épicées, fruitées, légèrement boisées et poivrées fusent avant de dévoiler un accord glacé, conjugué avec une senteur de mousse et des envolées d’iris et de violette.

Le contenant. Toujours ce flacon girond épuré et ce bouchon rond et massif, mais avec la possibilité

de le baptiser. Il est livré avec un feuillet de différents caractères et de chiffres typographiés, histoire de personnaliser l’étiquette immaculée

(dès le 15 septembre).

Enregistrer