Une fixation mal réglée impose un arrêt à une remontée mécanique. Peine perdue, la fixation est cassée. « Ce n’est pas grave, dit le perchiste, je vous prête mes skis. Je ferme à 16 h 30, revenez à ce moment-là. » Je suis sidéré… et enchanté. Il ne me connaît pas et me fait confiance. C’était il y a 20 ans, à La Rosière.

Aujourd’hui, cet état d’esprit persiste. Une convivialité qui s’explique en grande partie par l’origine de la station. Exclus dans les années 60 du plan neige de l’État, les habitants de Montvalezan décident de créer leur propre domaine skiable et listent leurs atouts. La route du col du Petit-Saint-Bernard est fermée l’hiver, elle permet d’atteindre 1 850 mètres et sur les terrains communaux poussent des roseaux (à l’origine du nom La Rosière). Donc pas d’expropriation de terres agricoles. La neige y est abondante grâce à un effet climatique particulier, le soleil brille généreusement sur ce versant sud et le panorama est magnifique.


© DR

Montagnards et bâtisseurs

Reste à construire les hébergements. À cette altitude, chaque famille possède un chalet d’alpage. Nombre de ces montagnards sont bâtisseurs, car le site est réputé pour ses pierres et ses lauzes. « Un chalet pour soi, un autre pour la location, et La Rosière est née, explique Gisèle Gaide, guide du patrimoine. Nous avons construit le premier téléski nous-mêmes, porté à dos d’hommes. » Les gens du coin sont les metteurs en scène de leur station, et ça change tout.

Désormais, le domaine s’étend jusqu’en Italie : La Rosière est reliée à La Thuile, dans le Val d’Aoste. À vous la « dolce vita » et ses spécialités culinaires ! La bonne ambiance de La Rosière a peut-être aussi à voir avec l’art de vivre transfrontalier et l’habitude d’accueillir les voyageurs. Les moniteurs de l’École de ski français ont d’ailleurs élu comme directeur un Anglais ! C’est dire si vous êtes les bienvenus.

Y aller

Par la route Depuis Paris, 670  km ; Genève, 136  km.

Par avion Aéroport de Chambéry à 2 heures, Genève à 2 h 30.

Par le train Gare SNCF de Bourg-Saint-Maurice. Correspondance en bus et taxi. www.voyage-sncf.com

Office de tourisme de La Rosière. 04 79 06 80 51, www.larosiere.net


© DR

Dormir

Le Miravidi. Résidence avec de grands appartements. À partir de 1 300 euros la semaine, www.miravidi.eu

Le Panoramic et Le Tyrol. Résidences avec piscines. À partir de 390 euros la semaine en studio 4 personnes au Panoramic. 04 79 06 80 55, www.tyrol-panoramic.com

Chalet Matsuzaka. 10 chambres d’inspiration japonaise ou montagnarde. À partir de 195 euros la nuit (base 3 nuits). 04 79 07 53 13, www.chaletmatsuzaka.com


© DR

Se restaurer

L’Estam. Cuisine traditionnelle soignée (goûter le farcement, 22  euros). Menu à 32 euros. 04 79 06 13 65.

Le plan du repos. Chalet d’altitude, parfait pour une fondue. 20 à 25 euros environ le repas. 04 79 06 87 92.

Aux 3 ours. Salon de thé. Tester le brunch du trappeur (17  euros). 06 10 15 64 13.

La montagne des saveurs. Traiteur. Sélection de salaisons du mont Charvin. 04 79 06 80 28.

Aux délices fermiers. Fromages de chèvre de Sainte-Agathe. 04 79 08 32 71.


© DR

Découvrir

Promenade avec des chiens saint-bernard. Uniquement pendant les vacances scolaires. 3 euros la sortie. 04 79 06 80 51, www.larosiere.net

Visite du garage des dameuses. Tous les lundis. Gratuit. 04 79 06 80 51.

Concert. La voix des alpages (avec diaporama), www.lavoixdesalpages.com

Sortie en raquettes. Marche d’approche (comptez 1 h 30), repas dans l’igloo (fondue savoyarde et charcuterie maison) et retour en raquettes nocturne. 54 euros par personne. 06 62 19 19 76, www.bureau-montagne-haute-tarentaise.fr

Ski de randonnée. Avec découverte des us et coutumes, www.evolution2larosiere.com

Ski alpin. Visite du domaine, chaque dimanche après-midi, en compagnie d’un moniteur de l’ESF. Idéal pour les vacanciers qui séjournent pour la première fois dans la station. 20 euros par personne. 04 79 06 81 26.

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2018 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha