Dehors, le silence est total. Nous nous rendons en pleine campagne pour rejoindre notre aérostier. Dans le froid matinal, nous contemplons notre aérostier s’activer. Il allume un ventilateur pour envoyer de l’air froid dans un immense tissu, puis utilise un brûleur pour finir son oeuvre. Le ballon prend lentement forme. La nacelle de rotin n’attend plus que nous. A vrai dire, j’ai beaucoup attendu avant de vivre ce vol, parce que la hauteur me donne en général le vertige. Mais on m’a certifié qu’on ne peut avoir le vertige en montgolfière. Il y a intérêt à ce que ça soit vrai. Le ballon est finalement paré à partir et nous grimpons tant bien que mal dans la nacelle. Nous sommes huit à embarquer pour ce vol contemplatif. Une minute plus tard, le brûleur nous fait quitter le sol. Le décollage est tellement tranquille que si j’avais fermé les yeux, je ne m’en serais pas rendu compte. Concernant les sensations je note que je n’ai pas le vertige. Devant le monde qui s’étend sous nos pieds, nous restons cois. En dehors du bruit du brûleur qui rugit de temps à autre, un silence quasi religieux règne. Pour reprendre les mots de Jack : « Nous sommes les rois du monde ». Cette flânerie dans les airs. Avec l’altitude, on a la sensation que les problèmes sont interdits dans la nacelle. Ca fait un bien fou. Notre heure de vol passe à toute allure, et c’est déjà le moment de retrouver la terre ferme. Notre aérostier nous rappelle que nous devons avoir les genoux pliés pour amortir une partie du choc, et au terme de quelques essais, notre nacelle s’immobilise enfin. L’aventure est déjà terminé, mais ce qu’il y a de sûr, c’est que je ne risque pas d’oublier cette expérience extraordinaire. C’est vraiment une expérience unique que je vous recommande. Je vous mets en lien le site par lequel je suis passé pour réaliser ce rêve de bapteme en montgolfière

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2019 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha