On connaissait l’adage « Italians do it better » (les Italiens le font mieux ). Avec Lanieri, il faudra désormais compter avec Italians do fit better (les Italiens taillent mieux).

Il faut dire que leur concept est assez malin : associer les mesures prises sur Internet ou en boutique (huit dans le monde, dont une toute nouvelle à Paris, en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés, 6, rue du Pré-aux-Clercs) aux statistiques de la crème des tailleurs italiens pour faire chuter les prix, tout en offrant du « made in Italy ». « La France est un marché très intéressant, car, contrairement à l’Italie ou à l’Angleterre, ici, il n’y a pas d’école de tailoring spécifique, détaille Riccardo Schiavotto, l’un des cofondateurs de Lanieri. Sur un costume façonné à Milan, l’épaule est plus construite qu’à Naples, où elle est souvent plus souple. »


© Andrea Carzaniga Andrea Carzaniga

© Andrea Carzaniga Andrea Carzaniga

Des tissus venus d’Italie

Et justement, en bons patriotes, les têtes pensantes de Lanieri ont tenu à ce que les tissus viennent en majorité d’Italie. La griffe propose une centaine de références environ, dont des tissus thermorégulateurs pouvant être portés en toute saison, tissés avec du carbone, ou des fibres quasiment infroissables pour les coquets peu soigneux. Chaque costume est soigneusement confectionné dans la Botte.

« Nos clients veulent un retour sur investissement, pas un costume sur mesure low cost, fait en Chine », martèle le jeune entrepreneur en tirant sur les manches de sa veste, parfaitement taillée. Cet ingénieur de formation, qui a fait ses premières armes dans des start-up, a voulu explorer le filon très tendance des néotailleurs. « Près de 90 % des gens ne font pas la même taille en haut et en bas. Et, comme en prêt-à-porter on ne peut pas acheter de costume dépareillé, ils doivent donc forcément le faire retoucher pour qu’il leur aille parfaitement », lâche ce petit malin qui propose de la demi-mesure à peine plus chère qu’un prêt-à-porter moyen de gamme. Une tendance si prometteuse que la start-up aimante déjà les investisseurs.


© Andrea Carzaniga Andrea Carzaniga

Un projet à 4,5 millions d’euros

La société, créée en 2012 par Riccardo Schiavotto et Simone Maggi, a très vite été soutenue par la célèbre filature de laine italienne Reda. D’autres entreprises de drapiers de la région de Biella ont également cru à ce projet qui propose une offre moderne et compétitive pour du made in Italy. Elles ont apporté leur soutien opérationnel, leur expertise produit et le capital nécessaire pour lancer le projet à hauteur de 4,5 millions d’euros après plusieurs tours de table. L’année dernière, les deux fondateurs ont rejoint le réseau international d’entrepreneurs Endeavor. Leur concept a été salué par Netcomm, ex aequo avec Zalando, comme le meilleur e-commerce dans la catégorie des vêtements et accessoires.

Il faut dire que leurs prestations offrent un sacré rapport qualité-prix. En effet, il faut compter à partir de 590 euros pour un costume en demi-mesure signé Lanieri. Le secret d’un coût aussi compétitif par rapport aux tailleurs de papa réside… dans la magie des statistiques ! « Nous avons développé spécialement des algorithmes qui prélèvent les mesures qui sont testées statistiquement. Pour faire simple, nous avons digitalisé l’expérience de nombreux tailleurs très expérimentés en termes de variables dans les prises de mesure, selon la taille, l’âge et le poids des clients, pour établir un profil corporel. Résultat, avec notre méthode, la marge d’erreur est très faible. Si le client s’est fait livrer chez lui et qu’il y a des aménagements à faire, il peut aussi aller chez son retoucheur de quartier et nous envoyer la facture pour que nous le remboursions », crâne Riccardo.

Pour faire baisser les prix, Lanieri s’appuie sur la simplification de la prise de mesures, qui peut même se faire en ligne. « N’importe qui peut prendre des mesures, mais il faut savoir les interpréter, ce qui est le rôle des modélistes et des couturiers. L’algorithme est une aide statistique dont on croise les données avec les feed-back et l’expertise de nos tailleurs », justifie Riccardo. Une fois que l’on est décidé à tenter l’expérience, tout commence par le crucial choix du tissu. Les plus indécis peuvent se faire envoyer un kit d’échantillons à domicile (facturés 10 euros pour éviter les abus, mais remboursés à la commande définitive).

Le site internet de Lanieri dispose d’une vidéo pour aider les néophytes à la prise de mesures. Mais surtout d’un customiser en 3D qui permet de voir, en une dizaine d’étapes, sa veste (croisée, droite, déstructurée, façon blazer ou plus épaulée) prendre forme. Le client choisit, au fil des clics, le nombre de boutons sur les manches, la couleur du fil, de la boutonnière, la doublure et le type de broderie qu’il souhaite pour personnaliser davantage son vêtement.


© Fabio Salmoirago Fabio Salmoirago

Poches, boutons et boutonnières

Décidément italiennes jusqu’au bout des ongles, les éminences stylistiques de Lanieri vous proposeront, au choix, des poches Barchetta. En forme de bateau, elles suivent le bombé du corps et flattent la silhouette. Autre détail très prisé des dandys : les boutonnières ouvertes et les boutons qui se chevauchent. Ou pas. En tout cas, faites-vous plaisir, car toutes les options sont offertes !


© Andrea Carzaniga Andrea Carzaniga

« Nous avons une politique agressive en termes de tarifs. Nos chemises sur mesure commencent à 80 euros. Pour un pantalon, il faut compter 145 euros. Ce sont des portes d’entrée pour découvrir la marque et notre savoir-faire. Nous accueillons aussi volontiers une clientèle féminine, même si ce n’est pas notre cœur de métier », assure Riccardo. Trois semaines plus tard, la commande est livrée chez soi, ou à la boutique si le client souhaite procéder à un essayage formel.

Mais, pour les allergiques au e-commerce et les amoureux de la magie d’une conversation complice avec un tailleur en chair et en os, il est aussi tout à fait possible de se rendre en boutique pour se faire conseiller par un « style advisor ». En l’occurrence un autre Riccardo, qui œuvre dans la boutique parisienne de la griffe. Au-delà d’être chicissime et ténébreux, il est surtout incollable sur les us et coutumes d’un bon costume italien et les petits détails qui font la différence.


© Andrea Carzaniga Andrea Carzaniga

En ligne chez soi, en quelques clics, ou à la boutique de Saint-Germain-des-Prés, Lanieri vous guide pour imaginer le costume de vos rêves qui vous ira comme une seconde peau. Le tout, pour un prix à peine plus élevé que dans une boutique de prêt-à-porter branchée. Alors, pourquoi ne pas tenter l’expérience du tailleur 3.0 ?

Lanieri, 6, rue du Pré-aux-Clercs, Paris 7e.

Tél. 06 38 86 19 38

www.lanieri.com

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2017 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha