Samedi soir au Palais de Chaillot, vêtus d’une robe vert émeraude de la Maison Rabih Kayrouz qui fit sensation et d’un smoking Marchand Drapier, nos deux envoyés spéciaux ont eu la chance de se glisser parmi les privilégiés qui ont assisté aux premiers pas dans le gotha des héritières emparticulées. Compte rendu de cette mémorable soirée.

L’hommage

« Paris ! Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, mais Paris libéré ». C’est sur la célèbre formule du général de Gaulle, prononcée au lendemain de la libération de Paris, en août 1944, et qui trouve aujourd’hui un troublant écho, que s’est ouverte cette édition pas tout à fait comme les autres du Bal des débutantes. C’est face à une tour Eiffel éclairée aux couleurs de la nation, dans un bâtiment qui accueillit les premières sessions de l’ONU encore en gestation, et dans la salle même où fut signée la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, que fut prononcé ce propos liminaire par Stéphane Bern, fidèle maître de cérémonie. Touchants mais pas pesants, ces quelques mots prononcés en français et en anglais prirent tout leur sens en ce jour de « passage de flambeau » entre l’élite d’aujourd’hui et celle de demain, qui s’apprêtait à faire solennellement son entrée dans la société.

Le lieu

Une fois n’est pas coutume, le Palais de Chaillot eut les honneurs de la première valse des débutantes. Toilettage oblige, le bal qui se tient habituellement à l’hôtel de Crillon était exceptionnellement délocalisé dans ce temple de l’architecture néo-classique, si caractéristique du style de l’entre-deux-guerres. Parfait contraste à la rigueur du béton qui compose la salle, une formidable installation de fleurs blanches, comme tombées du ciel, garnissait le plafond. Émerveillés par cette poétique composition florale qui auréolait la perspective du Champ-de-Mars et de la Dame de fer, les invités en tenue d’apparat prirent place pour assister à la présentation des débutantes et de leurs cavaliers.

Le défilé

L’exercice est périlleux ! Sur un podium de fortune, vingt-trois jeunes filles défilent au bras d’un cavalier sous le regard rempli de fierté de leurs familles et des flashs intimidants des photographes qui immortalisent ces timides premiers pas dans la société. Heureusement, le maître de cérémonie, Stéphane Bern, excelle dans l’art de détendre l’atmosphère. À mi-chemin entre le crieur et le commissaire-priseur, il déploie avec esprit le pedigree trois étoiles de ces jeunes premières, bien roulées, bien diplômées et surtout bien sapées ! Le bal est l’occasion de sortir des ateliers des robes de haute couture qui donnent tous son sens au mot extraordinaire. Romantiques, rétro, moulantes, bouffantes, scintillantes… ces robes-joyaux reflètent la personnalité de leur modèle. Pour les escorter, de jeunes débutants, eux aussi triés sur le volet, ont été recrutés. La plupart du temps, les couples sont constitués par l’organisatrice, et ne se rencontrent que quelques heures avant le bal !

La fête

Soulagées, les débutantes peuvent enfin profiter du repas. C’est au tour du personnel ganté de s’activer. Le timing est millimétré : chaque plat doit être servi en un temps record de 20 minutes. Au menu : chamallow de maïs, samossa de Saint-Jacques et radis noir, foie gras, volaille, choux farcis et douceurs chocolatées au caramel beurre salé. Une heure à peine vient de s’écouler et c’est déjà le moment tant redouté de la valse. Sur fond de Chostakovitch, les débutantes s’essayent avec plus ou moins d’assurance et de succès à la danse en trois temps. Les parents en extase se jettent sur la piste armés de leurs smartphones pour immortaliser les premiers tourbillons de leur chère progéniture. Les invités se joignent aux jeunes et tentent alors d’arracher une danse à l’une des princesses de la soirée, mais les cavaliers ont assuré leurs arrières ! Très vite, ils ripostent et proposent à leur belle de se rendre à « l’after party » qui se tient dans une boîte de nuit branchée. Changement de registre : les robes se raccourcissent, les talons se rehaussent et il y a fort à parier que les débutants n’ont pas fait que danser la valse !

LIRE aussi : 6 choses à savoir sur le Bal des débutantes

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2020 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha