Une bonne partie de région de la CEE-ONU bénéficie de systèmes d’approvisionnement en eau et d’assainissement, mais les évolutions démographiques et économiques ont entamé l’efficacité de certains grands réseaux centralisés, comme en témoignent plusieurs systèmes démesurés et inadaptés dans certains endroits de l’ex-Union soviétique. Le manque d’efficience des systèmes d’eau, qui se caractérisent par une utilisation importante des ressources et l’absence d’incitations en faveur d’une utilisation rationnelle de l’eau, constitue un problème majeur en Europe orientale, dans le Caucase et en Asie centrale, où d’importants volumes d’eau approvisionnée se transforment en eaux usées, et où bien souvent seul un traitement primaire est assuré. Les tarifs de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement sont en général trop peu élevés pour couvrir les coûts d’exploitation et de maintenance. Cela pose d’importants problèmes pour pouvoir répondre aux besoins en matière d’investissement dans les infrastructures, et n’encourage pas à une utilisation rationnelle, tout en posant question du point de vue de la durabilité. Compte tenu des évolutions démographiques et économiques, des orientations politiques en faveur d’une meilleure gestion des ressources ainsi que des nouvelles connaissances au sujet des risques et des considérations d’équité (zones rurales et zones urbaines, minorités, etc.), il apparaît clairement qu’il convient de reconsidérer les infrastructures d’évacuation des eaux usées et d’assainissement dans la région, en vue d’assurer l’adéquation des services ainsi que le niveau et les moyens de traitement requis. Le besoin de réutiliser l’eau est de plus en plus marqué, surtout dans les régions où l’eau a tendance à manquer. On observe une croissance des investissements en faveur des technologies liées au traitement et à la maîtrise de la pollution aux États-Unis comme en Europe. L’utilisation indirecte des eaux usées ayant le plus souvent lieu en aval des zones de rejet, les performances et la conformité des systèmes de traitement des eaux usées font l’objet d’une surveillance étroite dans la région de la CEEONU. Les nouveaux risques liés aux polluants émergents, et notamment aux micropolluants, sont pris en compte depuis le début des années 2000. Il convient particulièrement de mentionner les perturbateurs endocriniens chimiques, qui peuvent avoir des effets néfastes sur les êtres humains, les animaux et les écosystèmes. Il a été préconisé, dans le cadre d’études nationales, de détecter plus systématiquement leur présence, leurs déplacements et leurs effets, afin de pouvoir établir des évaluations des risques fondées sur le plan scientifique et définir les mesures à prendre.

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2018 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha