Un bouddhiste en Ecosse

Culture Commentaires fermés sur Un bouddhiste en Ecosse
avr 302015

11202514_1394765454182383_1714748295_n

Un séminaire m’a récemment permis de découvrir l’Ecosse. N’ayant jamais visité le pays du golf et du whisky, j’ai profité de ce que j’étais sur place pour rester un peu plus longtemps et visiter les lieux. L’Ecosse est un pays superbe, encore plus fabuleux que les photos ne le suggèrent : un pays rude et mystérieux, doté d’une atmosphère unique. Lors de ce séjour prolongé, j’ai cependant découvert à Holy Isle (au large de la côte occidentale de l’Écosse, près de l’île d’Arran) un lieu que je ne m’attendais pas, mais alors pas du tout, à trouver : un centre bouddhiste ! Et vous savez quoi ? Après une légère hésitation, j’ai finalement intégré le centre pour une (brève mais fascinante) retraite hors du monde. Si vous visitez un jour l’Ecosse, je vous recommande chaudement cette expérience vraiment singulière. « Gardez-vous de tuer. Respectez les biens d’autrui et gardez-vous de voler ; dites la vérité et ne mentez pas ; gardez-vous des beuveries. » Telles sont quelques-unes des règles qui régissent le centre de Holy Isle pour la paix et la santé dans le monde. Holy Isle bénéficie depuis fort longtemps du statut de site sacré, avec sa source aux propriétés curatives et la présence d’un monastère du XIIIe siècle sur ses terres. Le centre lui-même est un modeste sanctuaire environnemental et spirituel fondé par Lama Yéshé Losal. Les visiteurs sont libres de passer leurs journées comme bon leur semble même si la plupart des cours proposés suivent un programme précis. Vous pouvez ainsi vous initier au yoga, à la méditation, à la cuisine végétarienne, au bouddhisme et à d’autres cours conçus pour vous connecter à votre moi spirituel. Les repas sont servis à heures fixes et le site peut accueillir plus de 60 personnes. Depuis le début, le projet de Holy Isle est tributaire de volontaires œuvrant tant pour la plantation des arbres, la construction de murs en pierres sèches ou les travaux d’aménagement que pour le jardinage, la préparation des cours et la gestion du centre lui-même. La participation des hôtes est hautement appréciée, mais sans aucune pression. Si vous passez un jour là-bas, je vous recommande d’explorer les environs: les plantes et les fleurs sauvages rares poussent grâce au climat du Gulf Stream, tandis que des poneys sauvages Eriskay et des troupeaux de chèvres et de moutons paissent aux alentours. Les eaux côtières protégées de l’île sont quant à elles spectaculaires, car elles attirent plusieurs espèces de phoques, de dauphins et même… le requin-pèlerin. Décidément, Holy Isle porte bien son nom ! Ce séminaire prolongé en Ecosse a été au final une véritable bouffée d’air frais, tant physique que spirituelle. Et c’est avec un zen à toute épreuve que j’ai retrouvé mon bureau. Je vous laisse lien vers l’organisateur de notre séminaire en Ecosse, parce qu’ils sont supers.

De la première réunion de l’ONU

Business Commentaires fermés sur De la première réunion de l’ONU
déc 192013

A l’heure où l’on parle de paix, de guerre et de massacres qui sont commis un peu partout dans le monde sans grande intervention extérieure, force est de constater que l’ONU est certes, une belle idée, mais malheureusement peine à convaincre. Je reviens de New York et avec mon entreprise, nous avons eu la chance de pouvoir visiter les Nations Unies, mais surtout de revivre la première réunion des Nations Unies, en nous mettant en scène. Et cela donne encore plus de perspective à cette organisation. Les dégâts causés par la guerre étaient encore visible et les tickets de rationnement n’avaient pas disparu, mais Londres fit tout son possible pour loger des milliers de visiteurs. L’assemblée se tint au Central Hall de Westminster, une des plus grandes églises méthodistes de Grande-Bretagne transformée pour l’occasion en salle de conférences. À 16 heures, le président temporaire, le Dr Zuleta Angel, de Colombie, annonça par deux petits coups de marteau secs l’ouverture de la première séance de l’assemblée générale des Nations unies aux 224 délégués présents. Le Premier ministre britannique, Clement Attlee, affirma à ces derniers et à la presse que les Nations unies devaient jouer un « rôle crucial en politique étrangère›› afin de mettre le monde à l’abri de la guerre et de la pauvreté. Envisagée à la fin de la guerre, la création des Nations unies eut lieu le 24 octobre 1945. Beaucoup espéraient une ère de justice, de liberté et de paix. La première séance à Londres exprima cet espoir mais se solda par une confrontation inattendue. Les Occidentaux pensaient que l’élection de Paul-Henri Spaak au poste de président ne poserait aucun problème, mais les Soviétiques proposèrent un autre candidat. Spaak fut finalement élu avec 28 voix contre 23. Quand le Conseil de sécurité se réunit pour la première fois, le l9janvier, des divisions similaires surgirent. L’ONU proposa des solutions qui ne furent pas toujours faciles à appliquer. Son installation à New York en 1949 accrut considérablement les tensions de la guerre froide. L’organisation existe cependant encore aujourd’hui et compte 192 membres. Pour ceux qui aiment l’histoire et qui souhaitent faire quelque chose de différent lors de leur passage à New York – malheureusement uniquement pour les groupes, voilà donc une bonne idée de visite, sur mesure pour les entreprises. Tout a été organisé par une agence qui nous a fait ce séminaire à New York – suivez le lien pour leur contact.

© 2021 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha