Si nous éloignons un récipient d’une étagère de commerce de détail, nous avons des objectifs concernant l’odeur et le goût du vin. Certains champagnes sont plus riches et plus ronds que les autres, mais tous partagent une acidité stimulante et des saveurs brillantes, énervées, nutritives et de craie qui se lèvent en style. En 2019, les raisins de la région étaient en fait vraiment mûrs, mais comme ils ont été bien équilibrés par une acidité très élevée, la mode traditionnelle a prévalu cette année. Les récoltes ne se feront pas souvent de cette façon. En termes simples, l’augmentation des températures due au changement climatique réduit l’acidité des raisins et augmente les bonbons, qui se transforment en boissons alcoolisées plus élevées tout au long de la fermentation. La chaleur a également un effet sur les composés de piste dans les raisins qui donnent naissance à la saveur et à l’odeur. Gaia Gaja, comme leurs proches ont une cave éponyme dans le Piémont italien, indique les ajustements de goût évidents: « Les vins sont devenus plus gros, plus alcoolisés et plus mûrs en arômes. » Elle craint que des informations délicates et des arômes éphémères et sensibles qui mettent tant à contribution la capacité de boisson du vin aient pris des risques. Les situations plus chaudes déplacent les saveurs des vins rougeâtres des notes de fruits frais de couleur rougeâtre comme la framboise et la cerise vers des choix de fruits noirs comme la mûre. Ils aplatissent les parfums ainsi que l’éclairage rajeunissant qui donne la vitalité des boissons au vin. Dans la vallée du Rhône, le chauffage d’été pousse les niveaux de boissons alcoolisées à 16%, sur l’efficacité du xérès. Certains vino domaines-Charbonniere, par exemple, veulent mélanger de petites quantités de bourboulenc et de clairette, des raisins de couleur blanche, cours d’œnologie dans leurs rouges pour présenter beaucoup plus de fraîcheur sur le vin rouge à l’intérieur de la tasse. En raison du chauffage, les raisins mûrissent beaucoup plus rapidement et, dans de nombreuses régions, la récolte est 2 semaines plus tôt qu’elle ne l’était dès le départ. « Avec un cycle de croissance réduit, il existe un autre risque que les sucres et la maturation des arômes se débarrassent de la synchronisation et la maturation des saveurs n’atteint pas son total probable », affirme Kimberly Nicholas, maître de conférences au Lund College Center for Sustainability Research en Suède. « Trouver la zone sucrée, lorsque le glucose, l’acidité, l’ombre, le tanin et la saveur des raisins sont en parfaite harmonie, pourrait bien être de plus en plus difficile. » Plus précisément dans la zone du visage des conditions météorologiques des conditions extrêmes. Il y a aussi un espace supplémentaire. Le changement climatique a aidé des endroits plus frais, par exemple la Bourgogne à créer des millésimes beaucoup plus exceptionnels, déclare Philippe Drouhin de la Maison Joseph Drouhin, l’un des plus grands et des plus divers domaines de la région. « Même dans le cas où le profil de saveur sera modifié ultérieurement, cela ne signifie pas que le vin ne sera pas aussi bon », dit-il. Au fur et à mesure que les conditions montent, la Bourgogne pourrait oublier les amateurs de pinot soyeux et élégants qui remportent le prix. Il pourrait traverser d’autres territoires frontaliers, comme le littoral ouest de Sonoma, attisé par les vents froids du Pacifique. Le climatologue de recherche Gregory Johnson, professeur au Linfield College dans l’Oregon, déclare que la température moyenne de la saison de croissance pour le grand pinot doit être de 57F à 61F. Certains changements de saveur sont vraiment plus importants. Procurez-vous l’Allemagne dès les pinots noirs anémiques. La majorité des emplacements du pays gelait autrefois pour faire mûrir ces raisins capricieux chaque année; les boissons au vin sont très charnues, séduisantes et savoureuses. La feuille de route du vin rouge dans le monde change, et des raisins familiers plantés dans de nouveaux endroits et terroirs étonnants vous donneront des différences de style beaucoup plus intrigantes. Cela se passe dans le sud de la Grande-Bretagne, avec des blancs pétillants citronnés et énervés. D’ici 2050, l’Idaho, la Norvège et la Suède pourraient être à l’origine de plusieurs des meilleurs vins du monde. Pour le moment, Bordeaux, Napa, ainsi que d’autres spots aimeraient des raisins de la zone sud des pays européens qui supportent mieux la température et la sécheresse et maintiennent des niveaux d’acidité élevés. Certains des meilleurs châteaux, par exemple le Château Lafleur de Pomerol, réduisent considérablement leur maturation précoce car ils génèrent des boissons au vin trop riches en alcool. Cette année, Bordeaux a commencé à assouplir les politiques d’appellation qui permettent de planter uniquement des cépages rouges et blancs vintage. Une classe viticole vitale a voté en autorisant sept nouveaux types, dont le marselan, le touriga nacional et le petit manseng de raisin de couleur blanche, qui ont diverses préférences. Pour le moment, ils ne seront utilisés que pour de simples breuvages bordelais, pas par les grands châteaux, une petite partie des moissonnages typiques avec des types classiques. La dernière autorisation est due l’année prochaine. En Espagne, Miguel Torres, qui fait revivre des raisins presque anéantis qui prospèrent dans des environnements plus chauds et plus secs, en a reconnu plusieurs offrant des saveurs extraordinaires, telles que la forcada parfumée aux fleurs, une couleur blanche avec des notes d’agrumes, d’herbes et de minéraux frappantes.

Sorry, the comment form is closed at this time.

© 2020 Sexy Girl Suffusion theme by Sayontan Sinha